Actualités Archives ~ Jason Smith Immobilier
google-site-verification: google28fa5457cfc05a09.html

All Posts in Category

Actualités

Concrétiser un achat immobilier même avec plusieurs crédits en cours

Vous avez plusieurs prêts en cours et vous vous demandez vous y prendre pour financer un achat immobilier ? Pas de stress, suivez le guide !

Comme de nombreuses personnes, vous avez contracté différents prêts avant de jeter votre dévolu sur le logement de vos rêves. Vous remboursez déjà différentes mensualités, sur différentes durées et à différents taux. Ajouter au casse-tête des échéances votre projet immobilier vous donne déjà la migraine ? Rassurez-vous des solutions existent !

Read More

Crédits immobiliers : Vers une très belle fin d’année…

Pour le 2e mois consécutif, les taux moyens obtenus pour la clientèle Cafpi sont restés sous la barre des 1% pour toutes les durées. Et en ce mois de novembre, nouveau record : on peut même emprunter sur 25 ans à 0,71%. Le point avec Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Cafpi.

Le mois d’octobre aura été à l’image des mois précédents très actif grâce à des taux records. En moyenne, sur cette période, Cafpi a négocié pour sa clientèle des taux à 0,43% sur 10 ans, 0,62% sur 15 ans, 0,80% sur 20 ans et 0,96% sur 25 ans.

Read More

Immobilier : le Brexit dope un marché du luxe déjà effervescent

Dans la continuité de 2018, le millésime 2019 de l’immobilier haut de gamme tricolore s’annonce exceptionnel. Transactions et prix sont à la hausse. Tous les segments du luxe sont concernés. Seule ombre au tableau, la faiblesse des stocks que se disputent les grands acheteurs mondiaux et les Français expatriés, nombreux à revenir dans l’Hexagone.

Read More

5 conseils pour financer votre achat immobilier à la rentrée

Publié par Figaro Immo Le lundi 9 septembre 2019 Dans FinancerFrais et assurances Les vacances, le farniente, c’est bien terminé. Même si chacun rêve de repartir en congés, loin du tumulte de la ville ou de l’open-space, la rentrée est bel et bien arrivée ! L’occasion de donner le coup d’envoi de vos projets personnels, notamment immobiliers….

Read More

Brexit : la Cour suprême déclare illégale la suspension du Parlement, Boris Johnson fragilisé

La Cour suprême du Royaume-Uni a décidé à l’unanimité, mardi, que la suspension du Parlement imposée par Boris Johnson jusqu’au 14 octobre était « illégale, nulle et sans effet ». Le Premier ministre risque d’essuyer un feu nourri au Parlement, qui reprend ses travaux dès ce mercredi

0601929356129_web_tete.jpg

Pour la Cour suprême, tous les conseils prodigués par Boris Johnson à la Reine pour lui demander de suspendre le Parlement pendant cinq semaines en plein milieu du gué sur le Brexit, sont « illégaux ».

Timothy A. Clary/AFP

Publié à 11h53
Mis à jour à 16h58

Boris Johnson s’en relèvera-t-il ? Les 11 juges de la Cour suprême du Royaume-Uni ont infligé une énorme claque, mardi, au Premier ministre britannique : ils ont décidé à l’unanimité que sa décision de  suspendre le Parlement jusqu’au 14 octobre était non seulement « illégale », mais aussi « nulle et sans effet ». « Le Parlement n’a pas été suspendu », a même déclaré la Cour, ordonnant qu’il siège à nouveau « dès que possible ». La Chambre des Communes reprendra ses travaux dès ce mercredi matin, à 11h30 heure de Londres, dans une ambiance qui s’annonce électrique.

Petite robe noire et broche argentée, la présidente de la Cour suprême, Lady Hale, a lu d’une voix à la fois calme et ferme une décision qui, pour le Premier ministre, pouvait difficilement être pire. Pour la Cour, tous les conseils prodigués par Boris Johnson à la Reine pour lui demander de suspendre le Parlement pendant cinq semaines en plein milieu du gué sur le Brexit sont, eux aussi, « illégaux, nuls et sans effet »… De quoi, même sans l’accuser directement de lui avoir menti, mettre le Premier ministre dans une position délicate vis-à-vis d’Elizabeth II.

Read More

L’assurance-vie est-elle toujours « hors succession » ?

Dans certains cas, l’assurance-vie se retrouve dans la succession de l’assuré. Ce qui peut avoir des effets fiscaux et/ou civils.

0601896638263_web.jpg0601896638263_web.jpg

Marie-Hélène Péro-Augereau, notaire à Chevreuse, membre du Groupe Monassier : ce régime dérogatoire peut être écarté lorsque les primes versées par l’assuré sont « manifestement exagérées par rapport aux facultés du défunt ».

DR :

Par Marie Helene PERO AUGEREAU HUE (notaire à Chevreuse, membre du Groupe Monassier)
Publié le 19/09 à 16h42
Mis à jour le 20/09 à 10h02
L’assurance-vie est en principe hors succession et dispose ainsi d’un régime dérogatoire au droit commun des successions et à sa fiscalité. Néanmoins, dans certains cas, l’assurance-vie se retrouve dans la succession de l’assuré. Schématiquement trois situations sont à distinguer.

La première est celle où l’intégration à la succession de l’assuré est à la fois civile et fiscale. Les sommes versées ne sont alors plus hors succession et sont réparties entre les héritiers en application des règles du Code civil. Ces sommes sont également soumises à la même fiscalité que le reste de l’actif successoral. Tel est le cas en l’absence de bénéficiaire désigné au contrat, ou encore lorsque ce dernier est décédé avant l’assuré.

Read More

La nouvelle prime de rénovation énergétique sera-t-elle plus généreuse que le Cite pour vous ?

Le crédit d’impôt transition énergétique (Cite) laissera progressivement place à une prime forfaitaire, à compter de janvier prochain. Le montant de subvention devrait dès lors augmenter pour certains ménages. D’autres subiront en revanche un véritable coup de rabot.

Devez-vous rapidement engager des travaux de rénovation énergétique ? Avec les contraintes prévues dans la prochaine loi énergie et climat, nombre de propriétaires, bailleurs comme occupants, vont devoir se pencher sur la performance énergétique de leur logement. Mais, d’ici l’entrée en vigueur du texte, le gouvernement prévoit de lancer sa réforme du crédit d’impôt transition énergétique (Cite), promise de longue date. Et celle-ci risque de sérieusement rebattre les cartes… L’exécutif, qui s’est fixé le cap de 500.000 logements rénovés par an, a en effet annoncé vouloir recentrer le dispositif sur les ménages “qui en ont le plus besoin”. Comprendre : les ménages les plus modestes, qui ne se saisissent que très peu du Cite dans son format actuel, car ils peinent à assumer l’avance des travaux, qui ne leur est remboursée qu’un an plus tard, via la déclaration de revenus.

À compter de janvier prochain, l’avantage fiscal sera donc progressivement remplacé par une prime forfaitaire, qui sera versée au moment de la réalisation des travaux. Le forfait sera alors dimensionné selon la performance énergétique des gestes effectués et différencié en fonction des ressources des ménages. Le nouveau barème intègre quatre échelons de revenus : les ménages très modestes et modestes (selon la définition de l’Anah, l’Agence nationale de l’habitat), les ménages faisant partie des déciles de revenus 5 à 8 et les ménages appartenant aux déciles de revenus 9 et 10.

Read More

Rénovation énergétique : les surfacturations et malfaçons se multiplient

Avec ses offres largement subventionnées et son absence de contrôle, le secteur attire des artisans aux méthodes peu reluisantes.

Faire isoler ses combles perdus ou son sous-sol pour seulement 1 euro ? Une aubaine pour les ménages aux revenus modestes, auxquels ces opérations sont réservées, mais aussi… pour les artisans indélicats ! Car les arnaqueurs de tout poil ont vite compris l’intérêt de ces chantiers massivement financés par les fournisseurs d’électricité, de pétrole ou de gaz, via le système des certificats d’économie d’énergie (CEE), et qui ne font quasiment jamais l’objet de contrôles. Alors même que l’argent coule à flots, le plan de rénovation énergétique présenté par Nicolas Hulot en 2018 prévoyait 500.000 logements refaits par an.

A en croire les chiffres de l’UFC-Que choisir, la fréquence des abus s’accélère : alors que l’association de consommateurs évaluait le préjudice cumulé à 17,3 millions d’euros depuis 2007, ce montant aurait atteint, en neuf mois seulement, pas moins de 3,7 millions d’euros ! Et comme, depuis début 2019, les changements de chaudière au fioul peuvent aussi être facturés à l’euro symbolique, la prudence est plus que jamais de mise.

Read More
1 2
Annuaire Belge Annuaire de Référencement - Bien de prestige